Etats-Unis

Sine Qua Non

Hated Hunter Syrah 2017

590,00 €

Seulement 3 exemplaires en stock !

Robert Parker note 98/100

La cuvée The Hated Hunter Syrah est composé de 82,4 % de Syrah, 5,2 % de Mourvèdre, 7,8 % de Petite Sirah, 2 % de Grenache, 1,2 % de Petit Manseng et 1,4 % de Viognier qui a été fermenté avec 26 % de grappes entières. Ce vin est un assemblage de différentes parcelles du domaine : 32 % Eleven Confessions, 41 % The Third Twin, 25 % Cumulus et 2 % Molly Aida. Il a été vieilli pendant environ 23 mois en fûts de chêne français, dont 59 % de neuf.

D'un grenat-noir profond, le nez se déploie lentement pour offrir un vaste éventail de notes savoureuses, terrestres, carnées : salami au poivre, olives noires, graphite, sauge sauvage, prunes, cerises Morello, mûres, menthol, feuille de tabac, épices asiatiques et anis étoilé. Corsé, le palais révèle une élégance surprenante, une aisance et une retenue, offrant un milieu de bouche épicé et une texture séduisante, terminant sur des nuances terreuses et mentholées.

1 821 caisses et 600 magnums ont été produits. "The Hated Hunter" arbore sur l'étiquette une vieille photo en noir et blanc du grand-père de Manfred Krankl en tenue de chasse, posant avec son fusil et son chien. 

Cépages : 82,4% Syrah, 7,8% Petite Syrah, 5,2% Mourvèdre, 2% Grenache, 1,4% Viognier, 1,2% Petit Manseng

Alcool : 15,9%

Garde : 15 ans +

Sur ce vin rouge américain, on vous recommande un tajine d'agneau aux pruneaux, des brochette de viandes aux épices, une moussaka, un pigeon aux trompettes de la mort ou en compagnie de fromages à pâte pressée.

Aux États-Unis, 90% du vin produit vient de la Californie. C’est l’afflux des chercheurs d’or en Californie qui dynamisa l’industrie viticole californienne au milieu du 19ème siècle, en particulier dans la région de Sonoma et de Napa. Au début du 20ème siècle, il y avait 800 domaines viticoles. De 1919 à 1933 la prohibition détruisit la grande majorité de l’industrie viticole californienne si bien qu’en 1933, il ne restait plus que 140 domaines produisant du vin. Ce n’est qu’à partir de 1960 que l’industrie viticole commença à se remettre de la prohibition et la Californie était essentiellement connue pour la production de vins mutés (dans le style du Porto). C’est aussi dans les années 1960 que certains des plus célèbres domaines furent créés (Mondavi, Heitz Wine Cellars, Stag’s Leap Wine Cellars, etc...).



En 1976, un événement marquant a eu lieu : le légendaire concours de dégustation plus connu sous le nom du "Jugement de Paris". Il voit les plus grands vins français s’opposer aux petits nouveaux américains. Ce 24 mai, un résultat inattendu secoue le monde du vin, puisqu’à la surprise générale, ce sont les États-Unis qui s’imposent. Ce concours reste pourtant assez méconnu du grand public.



Aujourd'hui, il ne fait aucun doute que les Etats-Unis produisent de grands vins. Même si la Californie monopolise grandement la renommée des vins américains avec ses excellents Zinfandels, l'état de l'Oregon produit parmi les meilleurs pinot noir du monde et l'état de Washington offre d'excellent Chardonnay, Merlot et Cabernet-Sauvignon.

La Californie


Si 50 états américains produisent du vin, la production californienne représente à elle seule environ 85 % de la production du pays, ce qui fait de cet état le 4ème producteur mondial derrière l'Italie, la France et l'Espagne. Le climat est fortement influencé par l’océan Pacifique qui, à cette latitude est un océan froid. Les régions viticoles situées près du Pacifique ont un climat océanique devenant méditerranéen plus on s'éloigne de l'océan vers l'intérieur des terres et il devient plus continental proche de la Sierra Nevada. Les baies et les ouvertures sur la mer, comme la baie de San Pablo, agissent comme des régulateurs thermiques sur la viticulture en particulier dans la Napa et la Sonoma Valley.

Vous devriez également aimer